Rechercher

Oui, c’est vrai ! je prends toujours mon médicament pour le TDAH.


La médication dans le monde du TDAH est une des choses qui fait le plus réagir les gens. Des parents au monde scolaire, ce sujet dérange parce qu’il exige de faire un choix parental entre deux options très différentes: la médication ou la non-médication. La grande question est: quel est le meilleur choix ? La réponse ? Cela dépend de l’état de nos symptômes. Pour moi, selon mes parents, mes premiers signes de TDAH étaient très visibles à la garderie. L’éducatrice disait souvent à mes parents : « Thomas n’a pas encore écouté aujourd’hui, Thomas s’en est pris à un enfant ce matin, Thomas n’est pas resté à sa place cet après-midi, etc. » Mes parents pensaient alors que j’étais seulement un enfant plein d’énergie, mais mon impulsivité n'a fait qu'empirer au fil du temps et c'est quand j’ai débuté l’école primaire qu'ils se sont aperçus que quelque chose n’allait pas. Je n’ai pas de souvenirs de la garderie, mais une des choses me revenant en tête est la tristesse de mes parents quand ils entendaient tous ces rapports. Mais comme je n’avais pas été encore diagnostiqué, le début du primaire a donc été très difficile pour moi. Je me rappelle que le début de l’année allait toujours bien, mais quand arrivait Noël, j’avais toujours de mauvais rapports liés à mon comportement. J’avais donc beaucoup de difficulté à m’intégrer à l’école, et je ne comprenais pas pourquoi j’avais ces moments d’impulsivité. Donc le personnel me faisait rester après l’école et même les fins de semaine. C’est alors que mon médecin de famille a demandé que je voie un psychologue, qui m’a évalué pendant 6 mois et finalement, j’ai été diagnostiqué TDAH. Finalement, il y avait un nom à ce que j’avais. J’ai essayé plusieurs médicaments avant qu’on en trouve un qui soit fait pour moi. J’ai eu différentes réactions avec les premiers médicaments: plus d’impulsivité, un manque d’appétit, de la difficulté à m'endormir, etc. Jusqu’au moment où après quatre essais, on a finalement trouvé le médicament qui calmait mes impulsivités et mon inattention. Pendant longtemps, mes parents devaient rester à côté de moi quand venait le moment de prendre mon médicament, car lorsque je le prenais, je sentais que je n’étais pas moi-même : dès qu’ils avaient le dos tourné, je le jetais ou le cachais. Mais ma mère avait remarqué que chaque fois que je prenais mon médicament, j’engloutissais mon repas comme si c’était le dernier de ma vie. Mon père, toujours un peu naïf, disait toujours à mère : « il grandit, voilà tout », jusqu’à temps qu’il observe lui aussi mon appétit d’ogre durant le souper. Aujourd’hui, je ne jette plus mon médicament, parce que mon père et moi avons regardé plusieurs reportages sur YouTube sur les raisons de mon impulsivité et mon inattention. Quand j’ai compris ces raisons et l’efficacité du médicament que je prends, j’ai cessé de le jeter. Donc, c’est pour cela que, oui je prends toujours mon médicament pour le TDAH.

61 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout