Rechercher

TDAH et accro aux jeux vidéo

Dernière mise à jour : 20 juil. 2021




J’ai beaucoup hésité à écrire sur un sujet qui me touche personnellement, mais qui concerne également plusieurs jeunes garçons. Les jeux vidéo sont une réalité quotidienne de notre vie. Ils sont devenus le loisir principal des enfants comme des adolescents. Les jeux vidéo sont présents depuis maintenant quelques décennies, en commençant par l’Atari jusqu’au PlayStation 5. Mais depuis les premières consoles, la problématique de la dépendance et la dépense qu’elle crée n’a fait qu’augmenter. Cette problématique est devenue maintenant un enjeu important dans les familles qui ne savent plus comment la résoudre. Pourquoi sommes-nous aussi accros aux jeux vidéo ? En fait, c’est une manière pour nous de fuir les difficultés ou d'oublier nos problèmes. Avec les jeux en ligne, par exemple, on peut rapidement développer des amitiés avec d'autres joueurs.

Plus on passe de temps à jouer, plus ces amitiés se renforcent. Pour moi qui suis TDAH, quand je joue parfois pendant plusieurs heures, je me sens enfin moi-même, je me sens simplement normal. Je ne sens pas les regards ou le jugement des autres. Comme vous le savez, les gens atteints de TDAH ont un taux de dopamine assez bas et quand nous jouons, il y a une libération de dopamine et c’est pour cette raison que je me sens aussi normal. La dopamine provient de la région du cerveau où se produit la récompense. Par exemple, quand on fait une tâche et que celle-ci est accomplie, en raison de cette satisfaction, le cerveau libère de la dopamine. Le problème du jeu vidéo vient du fait que, lorsqu’on joue trop souvent, le cerveau libère une quantité de dopamine importante, ce qui veut dire qu’il va alors demander de plus en plus de dopamine afin de pouvoir continuer à ressentir ce sentiment de plaisir.



En fait, on n’est pas réellement accro aux jeux vidéo, mais plutôt accro à la dopamine libérée. Autre exemple, lorsque vous réussirez à battre un chef dans un jeu vidéo, la dopamine libérée par votre cerveau va en demander plus. C’est là que la dépendance débute et que le cerveau va vouloir rechercher cette sensation. Dans mon cas, je trouve la normalité, pour d’autres, c’est la sensation que ça procure. Mais dans les deux cas, cela crée une dépendance. Pour moi, mon impulsivité, mon agressivité et les gros mots augmentent quand il vient le temps d’éteindre le PC. Quoi faire pour réduire cette dépendance? Avec mon père, on a travaillé sur plusieurs points qui m’ont beaucoup aidé :

. Réapprendre à aimer les activités extérieures

. Réduire l’accès à l’appareil électronique

. Annuler l’abonnement à certains sites de jeu

. Avoir accès aux jeux vidéo deux jours par semaine comme récompense, c’est-à-dire après que j’aie accompli toutes les tâches qu’on m’a demandées.

C’est un long processus qui demande en premier lieu aux jeunes de reconnaître qu’il y a un problème. Merci!


405 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout