Rechercher

Tomack, un jeune TDAH à la préhistoire partie 1






Mon histoire a commencé dans un pays où la nature est une diversité de couleurs et l’océan partage l’ombre du ciel.

Je m’appelle Tomack et je suis l’aîné de trois garçons. Un jour, mon père m’a dit: « Tomack, mon fils, je t’ai donné ce nom à la mémoire de mon père ». C’est étrange qu’il me dise ça parce que mon nom signifie aussi dans notre langue « celui qui ne cesse de bouger ». Ma famille, et les personnes qui sont devant nous vivent une vie nomade.



Cela signifie que nous suivons constamment où va la nourriture.


Comme nous sommes toujours en mouvement, nous vivons dans un petit abri que nous pouvons facilement emballer. C’est ainsi depuis des générations. Nous voyageons, chassons des animaux, mangeons des racines, des baies et des noix que nous recueillons. Trouver de la nourriture est une lutte quotidienne pour nous.


Il y a deux nuits, notre chasse a échoué et au lieu d’un festin, nous avons mangé de petits poissons et des baies. Cela fait maintenant deux jours que mon ventre rugit, et je ne me souviens pas si j’ai mangé ce repas il y a deux jours, ou s’il y a de ça deux pleines lunes. Quoi qu’il en soit, aujourd’hui est un jour spécial pour moi et mon frère. C’est le moment où nous sommes assez matures pour suivre notre père à la chasse. Nous avons rêvé de cette journée et l'avons prévu depuis aussi longtemps que je me souvienne.


Pour notre peuple, la chasse est le seul moyen de survivre. Il est donc essentiel pour nous d’être prêts, d’apprendre à suivre nos instincts, d’apprendre à piéger, fabriquer des outils et des armes. Nous sommes ravis de pouvoir enfin contribuer à la survivance de notre famille.

À suivre...

Récit de Thomas et Philippe Etienne

référence anthropologue (papa)

74 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout